Haut
Le tourbillon de la vie - Aurélie Valognes - Livres et Moi
fade
3320
post-template-default,single,single-post,postid-3320,single-format-standard,eltd-core-1.2.1,flow-ver-1.7,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-type2,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.2,vc_responsive

Le tourbillon de la vie – Aurélie Valognes

Le tourbillon de la vie – Aurélie Valognes

Résumé:

Le temps d’un été, Arthur et son petit-fils rattrapent les années perdues. Plus de 60 ans les séparent, mais ensemble ils vont partager les souvenirs de l’un et les rêves de l’autre. Le bonheur serait total si Arthur ne portait pas un lourd secret.

Un roman sur le temps qui passe, la transmission et les plaisirs simples qui font le sel de la vie.

Dans la vie, j'ai beaucoup joué, et j'ai souvent perdu. De toute façon, vieillir, c'est accepter de perdre. De perdre, chaque jour, quelque chose de beau. D'abord l'enfance, puis une certaine jeunesse, et ensuite des amitiés, des amours, des parents. Toutes ces choses qui ne reviennent pas et qui vont nous manquer longtemps. La vie est comme ça, elle nous rattrape toujours.

Mon avis:

Aurélie Valognes n’est plus à présenter! Elle à l’habitude de nous enjouer avec des livres et des personnages hauts en couleurs. Ici, dans Le tourbillon de la vie, le registre est quelque peu différent…

Nous sommes plongés au coeur de la relation entre Arthur et Louis, son petit-fils, qui s’intensifie au fil des pages. Arthur est malade, atteint de ce mal que l’on connait bien, même s’il n’est jamais nommé dans le livre. Il perd peu à peu la mémoire. Le comble pour cet ancien acteur qui a enflammé, fut un temps les planches des théâtres.

Il le sait, ici se joue la dernière pièce, le dernier rôle, l’acte final de son existence. Tantôt acteur, tantôt spectateur de sa propre vie, il se résigne de plus en plus à l’inéluctable perte de ses précieux souvenirs mais essaie de donner le change. Tout cela sous le regard de Louis qui, loin d’être dupe, le pousse à tomber le masque. Ce petit garçon, au discours plein d’innocence et de lucidité et auquel la candeur de son jeune âge fait dire des vérités aussi limpides que percutantes… Il n’est pas sans nous rappeler un certain Oscar dans Oscar et la dame rose d’ailleurs!

Qui est responsable de qui: le grand-père de son petit-fils venu en vacances, ou le petit-fils qui sait que son grand-père ne sera plus jamais le même?

Cette histoire m’a touchée, un vrai coup de coeur! Je l’ai trouvée pleine d’amour et de douceur. Nous naviguons entre la vie présente et les souvenirs passés d’Arthur, ceux (lointains) que la maladie fait remonter, ceux, plus récents et plus agréables, ceux que l’on refuse de perdre, mais qui s’étiolent.

Elle nous fait nous poser plusieurs questions: à quoi devons-nous nous accrocher quand le principal semble nous quitter? Que restera-t-il quand, à la fin, nous ne nous souviendrons plus, quand ces souvenirs qui parlent constamment dans nos têtes se tairont peu à peu? Est-ce cela le vrai silence: non pas l’absence de bruit, mais l’absence de souvenirs?

Rideau…

admin
Pas de commentaires

Ajouter un commentaire