Haut
Mon mari - Maud Ventura - Livres et Moi
fade
3311
post-template-default,single,single-post,postid-3311,single-format-standard,eltd-core-1.2.1,flow-ver-1.7,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-type2,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.2,vc_responsive

Mon mari – Maud Ventura

Mon mari – Maud Ventura

Résumé:

C’est une femme toujours amoureuse de son mari après quinze ans de vie commune. Ils forment un parfait couple de quadragénaires : deux enfants, une grande maison, la réussite sociale. Mais sous cet apparent bonheur conjugal, elle nourrit une passion exclusive à son égard. Cette beauté froide est le feu sous la glace. Lui semble se satisfaire d’une relation apaisée : ses baisers sont rapides, et le corps nu de sa femme ne l’émeut plus. Pour se prouver que son mari ne l’aime plus – ou pas assez – cette épouse se met à épier chacun de ses gestes comme autant de signes de désamour. Du lundi au dimanche, elle note méthodiquement ses « fautes », les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre, elle le trompe pour le tester. Face aux autres femmes qui lui semblent toujours plus belles, il lui faut être la plus soignée, la plus parfaite, la plus désirable.

Depuis l'adolescence, je répète le même schéma : j'aime tellement fort que je me consume dans mon propre amour (en analyses, en jalousie, en doutes) - si bien que lorsque je suis amoureuse, je finis toujours par être un peu éteinte. Quand j'aime, je deviens sévère, triste, intolérante. J'installe une ombre de gravité sur mes amours. J'aime et je veux être aimée avec tellement de sérieux que cet amour devient vite épuisant (pour moi, pour l'autre). Bref, j'ai l'amour malheureux.

Cette histoire, qui peut sembler banale, est celle d’une semaine dans la vie d’un couple, plus précisément dans la vie d’une femme et de son mari. Elle amoureuse comme au premier jour, passionnée, voue un culte à son mari. Elle veut, ou plutôt, elle doit lui plaire, elle doit cadrer et être la femme parfaite. Lui, en revanche, est un mari comblé et parfaitement en phase avec la routine du mariage et de la vie de famille. On pourrait facilement imaginer un parfait tableau des années 60 et renommer ce livre, de prime abord, « Manuel de l’épouse parfaite ». 

 

Mais très vite, nous allons de surprise en surprise. Nous sommes plongés au coeur de ce ballet du quotidien, un face à face dans lequel cette femme maniaque du contrôle jauge sans cesse son mari, le teste, l’éprouve et le punit au moindre manquement. Tout ce qu’elle fait a pour but de le satisfaire, mais aussi qu’il la satisfasse. On pourrait s’attendre à une histoire classique et monotone à l’image de l’ennui d’une routine trop présente, cependant, il n’en est rien.

 

C’est sans compter sur l’intrigue qui se révèle peu à peu ôtant le voile sur la complexité et la psychologie de cette femme froide, méticuleuse et au bord de la schizophrénie, rongée par l’amour qu’elle éprouve. Elle aime, elle vénère, elle souffre et agit en conséquence. A travers ce livre, c’est toute une réflexion sur l’amour dans le couple qui est amenée. Peut-on aimer l’autre en s’oubliant soi-même et de façon désintéressée? L’obsession est-elle une forme d’amour? 

 

J’ai vraiment apprécié ce livre et notamment la fin que j’ai trouvée surprenante. L’histoire m’a parfois déroutée, mais m’a aussi fait rire et a su m’emmener là où je ne m’y attendais pas. J’ai beaucoup aimé la plume fluide de l’auteur et son habileté dans la construction psychologique de ses personnages et dans la construction d’un monde où les apparences sont trompeuses. Je n’en dis pas plus pour ne rien spoiler! Lisez-le et vous saurez…Ça a été pour ma part une excellente lecture

admin
Pas de commentaires

Ajouter un commentaire