Haut
Rien n'est noir - Claire Berest - Livres et Moi
fade
3325
post-template-default,single,single-post,postid-3325,single-format-standard,eltd-core-1.2.1,flow-ver-1.7,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-type2,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.2,vc_responsive

Rien n’est noir – Claire Berest

Rien n’est noir – Claire Berest

Résumé:

Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes. Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème. Elle aime les manifestations politiques, mettre des fleurs dans les cheveux, parler de sexe crûment, et les fêtes à réveiller les squelettes. Et elle peint.
Frida aime par-dessus tout Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques.

À force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages ? Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien.

Mon avis:

Ce livre n’est pas une simple biographie, mais une véritable immersion dans le monde intérieur de cette artiste doublement torturée: par son corps d’une part, qui ne se remettra jamais du terrible accident qui a marqué ses 18ans et redistribué les cartes de sa vie. Et par son amour pour son peintre de mari, l’éléphantesque Diego Rivera. Un amour infini, obnubilant mais pas aveugle, aliénant et toxique, dans lequel, blessée, elle n’a eu de cesse d’attendre et de se consumer.
Les deux accidents de sa vie ( le tramway et Diego) lui ont inspiré ses tableaux, véritables réceptacles de ses pulsions cathartiques. L’ironie est là: Frida peint d’autant qu’elle souffre. Les tableaux deviennent sublimes, d’autant qu’elle se meurt et s’éteint à petit feu…L’artiste grandit, d’autant que la souffrance s’accroît et la submerge.
L’histoire est passionnante, la plume est brillante, fine, incisive, crue mais pas vulgaire. Un voyage dans la vie de Frida, conçu comme un tableau en nuances de bleu, de rouge, de jaune, puis de noir.

J’ai a-do-ré! J’ai ri, j’ai été émue, triste… Bref vous l’aurez compris, ce livre est une pépite, je vous le conseille!

Et vous? Qu’en avez-vous pensé? N’hésitez pas à me laisser vos impressions😉

admin
Pas de commentaires

Ajouter un commentaire